Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Home Sweet Home

  • : Housewife... but not desperate !
  • Housewife... but not desperate !
  • : Petites croix, cuisine, voyages, photographie, mon parcours pour devenir assistante maternelle, mon installation dans l'estuaire de la Gironde, mes premiers pas au crochet ... Vous trouverez tout cela, et bien plus encore, sur mon blog ! Bref, venez vite, il y a plein de choses à découvrir et pour tous les goûts !
  • Contact

Recherche

Related Posts with Thumbnails
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 05:43

Depuis quelques temps, Paul ne fait pas une phrase sans parler de son ami Maxence. Sauf que Maxence... n'existe pas ! Comment réagir ?

Un phénomène courant ?

Entre 3 ans et 5 ans, environ deux tiers des enfants partagent leur quotidien avec un ami imaginaire. Son irruption soudaine à tendance à amuser les parents au début mais devient souvent déstabilisant dans le temps.

Doit-on s'inquiéter ?

L'ami imaginaire est inoffensif et signe de bonne santé mentale chez l'enfant. Etre capable d'imaginer et de faire vivre un compagnon démontre une vraie créativité.

Quel est le rôle de cet ami ?

Il partage la vie de l'enfant, ses joies et ses peines. Il est présent pour évacuer ses émotions, pour le réconforte, pour l'aider dans les situations difficiles. Il lui permet de verbaliser ses sentiments et, bien souvent, l'enfant passe par lui pour poser aux adultes les questions qui le turlupinent. C'est un moyen autodidactique pour l'enfant de faire la part des choses entre rêve et rélaité.

Faut-il entrer dans son jeu ?

Le pire serait de nier l'existence de ce compagnon ou même de s'en moquer. Acceptez son ami mais surtout ne le mentionnez pas s'il ne l'a pas fait en premier, ne posez pas trop de questions, au risque de le rendre plus "réel" et ne l'utilisez pas pour réglez vos conflits. Laissez l'enfant gérer seul cette relation fictive.

Et si son ami s'installe ?

L'ami imaginaire doit rester passager et il est important de veiller à ce que sa présence n'entraîne pas un isolement face au monde extérieur. Si l'enfant continue à partager des jeux avec de vrais copains, il se détachera de son compagnon fictif quand il se sentira en sécurité dans le monde qui l'entoure. Passé l'âge de 7/8 ans, s'il est toujours présent, il est préférable de consulter un psychologue.

Sources : Modes & Travaux - n°1320 de novembre 2010

Quelques temps après la naissance de Quentin, Alexandre (qui avait alors 3 ans et demi) avait également lui aussi un "petit Quentin". Ca lui a passé et maintenant (il a 5 ans), son ami imaginaire est "petit crabe" (ne me demandez pas pourquoi un crabe, je n'en ai aucune idée, et impossible de le savoir !). Evidemment, ce "petit crabe" a une "maman crabe" et un "papa crabe"...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

myriam 28/04/2013 22:20

tu sais que margaux avait un "petit chat", qu'elle caressait, qu'elle tenait dans le creux de sa main (oui oui il était vraiment très très petit)... il est parti du jour au lendemain !

la famille s'agrandit ! bienvenue aux crabes ! pas trop dur pour les nourrir ?