Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Home Sweet Home

  • : Housewife... but not desperate !
  • Housewife... but not desperate !
  • : Petites croix, cuisine, voyages, photographie, mon parcours pour devenir assistante maternelle, mon installation dans l'estuaire de la Gironde, mes premiers pas au crochet ... Vous trouverez tout cela, et bien plus encore, sur mon blog ! Bref, venez vite, il y a plein de choses à découvrir et pour tous les goûts !
  • Contact

Recherche

Related Posts with Thumbnails
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 12:21
Le Dr Sénikies, médecin généraliste, répond aux questions des futures mamans.

femme_questionsgrossesse

Quelle est la différence entre un fœtus et un embryon ?

Entre la conception et la huitième semaine de grossesse, l'enfant dans l'utérus porte le nom d'embryon.
Puis, au fur et à mesure qu'il se développe, il se dote d'ébauches caractéristiques typiques et la tête et les bourgeons des membres apparaissent vers la cinquième semaine.
Entre six et huit semaines le visage prend un aspect plus humain. Le cou se forme, les doigts et les orteils apparaissent.
A ce stade il mesure 2,5 cm environ et prend alors le nom de fœtus, à partir du début du troisième mois jusqu'à la naissance.
Ses mouvements commencent à être perçus par la mère entre la seizième et la vingtième semaine de la grossesse.
Il s'agit au début de petits chocs, de frôlements qui deviennent peu à peu plus important et sont même souvent visibles lorsqu'on regarde le ventre de la mère.

Puis-je continuer mon entraînement à la plongée sous-marine pendant ma grossesse?

Sur le plan expérimental, on a pu constater que des accidents de décompression pouvaient se retrouver chez le fœtus animal sans symptômes particuliers chez la mère.

La circulation fœtale a donc des caractères très particuliers et l'embryon, le fœtus ou encore le placenta lui-même, risquent des accidents de dégazage ou d'asphyxie, lors de la plongée.

Une fois de plus, le principe de précaution s'applique.
Autant il est permis de nager en évitant les efforts trop intensifs, autant la plongée doit être évitée surtout pendant les premiers mois de la grossesse.

A rhésus négatif, ma grossesse est-elle à risque?

Il existe de nouvelles recommandations concernant l'immunisation rhésus.
On doit contrôler de nouveau la négativité des agglutinines irrégulières, ces fameux anticorps, à la visite du sixième mois et vers la vingt-huitième semaine d'aménorrhées, on propose une injection intramusculaire de gammaglobuline anti-D, même si le père présumé est rhésus négatif également.
Auparavant, on ne se préoccupait que des pères à rhésus positif dans cette situation.
En réalité, des études de statistiques ont montré récemment que 10% des pères présumés n'étaient pas les pères biologiques et ce pourcentage est nettement plus important à partir du troisième enfant.
Comme il n'est pas utile de courir le moindre risque et que cette injection est totalement sans danger, la question ne se pose donc pas.

Combien d'échographies puis-je passer ?

L'échographie obstétricale est un examen indolore et inoffensif permettant d'obtenir une image nette du fœtus.

Seuls trois examens sont admis par la Sécurité Sociale sauf problème particulier.
La première, vers la vingtième semaine et la seconde vers la trente deuxième semaine.
Il faut savoir qu'on parle en semaines d'aménorrhées (c'est-à-dire depuis le premier jour des règles précédant la grossesse) et l'âge réel de l'embryon est donc d'environ 15 jours de moins.

La Sécurité Sociale prend également en charge une échographie précoce lorsqu'on n'est pas sûr de la date de la conception et pour rechercher une anomalie (grossesse extra utérine, problème fœtal ou maternel).
L'échographie de la vingtième semaine montre déjà un fœtus bien formé, confirme l'âge de la grossesse et permet de dépister un certain nombre de malformations méconnues auparavant.
Elle est indispensable pour déterminer s'il est utile ou non de pratiquer d'autres examens et en particulier un prélèvement du liquide amniotique qui entoure le fœtus.
La dernière échographie sert surtout à vérifier que tout se passe bien ou qu'il faut prévoir un accouchement difficile. Il est donc inutile d'envisager d'autres échographies pendant la grossesse, à moins qu'un évènement anormal se produise.

La péridurale est-elle dangereuse ?

La péridurale est aujourd'hui une anesthésie très courante qui n'est d'ailleurs pas utilisée que pour l'accouchement mais aussi lors de certaines interventions chirurgicales.
En outre, comme elle n'anesthésie que la partie inférieure du corps, elle permet de vivre normalement l'accouchement puisque ni vous ni l'enfant ne serez endormis.
La technique est simple : vous êtes assise avec le dos arrondi ou couchée sur le coté en "chien de fusil" et une anesthésie locale est d'abord pratiquée.
Puis on fait une injection entre la troisième et la quatrième vertèbre lombaire (ou entre la quatrième et la cinquième) de façon quasiment indolore et avec soit une dose unique de longue durée soit la mise en place d'un petit tube en plastique très fin permettant de réinjecter du liquide à n'importe quel moment. Il existe cependant quelques contre-indications et de très rares échecs du produit.
De plus, elle a tendance à allonger la durée de l'accouchement surtout pour les premières grossesses.
Elle peut également entraîner après l'accouchement quelques douleurs, des maux de tête et, de façon rarissime, une paralysie des membres inférieurs pendant un certain temps.

Quelles sont les conséquences d'une intoxication ?

Le dépistage et la prévention sont essentiels chez la future mère qui peut, d’ailleurs, être responsable ou non d'une intoxication.
Par exemple, les examens radiologiques du petit bassin chez une femme jeune possiblement enceinte peuvent être une cause d’accident, notamment entre la quatrième et la dixième semaine de grossesse où des malformations de l’œil et du système nerveux sont possibles.
Il peut également y avoir des intoxications accidentelles par des métaux lourds liées en général à des problèmes de logement.
C’est le cas par exemple de l’intoxication au plomb qui peut être responsable de prématurés et de retard psychomoteur sévère.
D’autres toxiques peuvent être liés directement à la mère comme le tabac qui augmente la prématuré et diminue le poids de naissance avec des risques de retard de croissance voire chez les nourrissons de mort subite.
Quant à l’alcool, il accroît également le risque de mort fœtale mais aussi de retard de croissance et surtout de troubles neurologiques ou cardiovasculaires.
Enfin, les drogues, en dehors des risques propres sur la mère, ont des retombées sur le fœtus : malformations, lésions cérébrales et parfois véritablement état de manque dramatique à la naissance du bébé.

A quoi sert le liquide amniotique ?

Pendant la grossesse le fœtus est contenu dans une sorte de sac à l'intérieur de l'utérus délimité par une fine membrane dont les cellules secrètent du liquide, le liquide amniotique.
Ce liquide est composé de 99% d'eau, de quelques cellules et de quelques graisses.
Il est effectivement avalé par le fœtus, passe dans son sang et est excrété ensuite par les reins sous forme d'urine.
Le fœtus flotte dans ce liquide tout à fait librement dans les premiers mois de la grossesse en étant relié par le cordon ombilical au placenta qui est l'élément nourricier.
Il sert en fait à éviter les chocs et à limiter les pressions causées par les organes internes de la mère.
En fin de grossesse son volume peut aller jusqu'à un litre, puis il diminue petit à petit dans les derniers jours jusqu'à la moitié avant d'être évacué juste avant l'accouchement.

Les contractions de l'utérus sont-elles inquiétantes ?

Ces contractions brèves et peu douloureuses sont effectivement assez communes et permettent à l'utérus de se développer en facilitant la circulation sanguine dans sa paroi.
On peut les ressentir pendant toute la grossesse et même parfois les observer, mais elles surviennent tout à fait isolément.
Elles n'ont aucun effet sur le col de l'utérus et ne sont pas des contractions de travail, beaucoup plus intenses, plus longues et pénibles. Il n'y a donc pas de raison particulière de vous inquiéter.
Mais si ces contractions changeaient d'aspect ou de durée, retournez voir votre gynécologue.

Sources : topsante.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires